article d’Alain Cardon – MCC

Voici un article très intéressant d’Alain Cardon, coach MCC, formateur et superviseur de coachs auprès de qui j’ai appris beaucoup sur ce métier 😉

Tout en bas, vous trouverez un lien pour lire l’article en entier sur Linkedin.

 »

Un coach arrive à son rendez-vous avec un client, patron d’une PME en plein développement. Lorsque le coach s’annonce à l’accueil, la réceptionniste lui dit: Il y a eu une urgence. Votre rendez-vous doit être reporté. Mais attendez un peu, le patron arrive et il va vous expliquer.

Encore un rendez-vous qui saute! Encore du temps perdu! Déception, agacement… les émotions se succèdent. Conscient de son état, le coach se reprends, se résigne, accepte puis accueille.

Arrive le patron d’un pas pressé. Il explique en marchant vers la sortie qu’il a un rendez vous imprévu avec un partenaire stratégique à l’autre bout de la ville… juste le temps de s’y rendre… désolé… il faut remettre notre conversation à plus tard.

Le coach est soudain pris par une intuition. Il saisit l’opportunité et réponds:

_ « Ce n’est pas grave. Je vous accompagne et nous aurons le temps de discuter lors de votre déplacement. De toutes façons, je n’ai rien d’autre à faire tout de suite. » Et il suit le client jusqu’à sa voiture.

Le patron manifestement stressé enclenche tout de suite un monologue sur sa situation de crise. En pleine négociation sur un projet stratégique avec un partenaire important, ils sont arrivés à un point de blocage. Il est agacé. Des mois d’espoirs et d’investissement sont à deux doigts de passer à la trappe.

Il déroule son histoire tout en conduisant. La circulation est intense, puis ralentit, puis bloque de plus en plus. Le patron devient tendu, agité, aux aguets. Le sujet de son discours se centre alors sur l’embouteillage monstre au sein duquel ils se trouvent coincés. Percevant le haut degré d’énervement de son client, le coach se garde bien d’intervenir. Pendant que le patron s’énerve, le coach respire calmement, observe, reste présent et attentif.

Soudain, le patron-conducteur réagit. Il vire pour emprunter une petite rue tangentielle, accélère, en prends une autre, puis une autre, au gré des ouvertures et de la fluidité émergente. De croisements à rond-points, de ralentissements en accélérations, l’énervement se transforme en adrénaline jusqu’à ce que la voiture débouche sur un autre axe bien orienté et relativement dégagé. Peu à peu, le patron-conducteur se détends. Il n’aura pas trop de retard, dix minutes tout au plus! Il souffle.

_« Alors que pensez-vous de tout ça? » demande-t’il enfin à son coach, quelques minutes avant leur arrivée à destination.

_« Si vous parlez de votre façon de conduire jusqu’ici, commença de coach, je trouve qu’elle est pleine d’enseignements. Dans votre précipitation, vous prenez d’abord une route évidente, et elle vous plonge dans un bel embouteillage. Ca n’avance pas et vous vous énervez de vous retrouver coincé. Puis vous réagissez de façon créative, en sautant sur une petite opportunité, en cherchant des chemins détournés, de plus en plus fluides, jusqu’à trouver une bien meilleure route. Et pour conclure, nous arrivons à destination sans trop de retard sur ce qui était prévu.

Par conséquent je pense que si vous ne vous énervez pas sur ce qui bloque, si vous ne perdez pas de vue votre objectif à terme, si vous vous reposez sur vos capacités créatives et opportunistes, vous avez toutes les compétences pour déployer une agilité vraiment positive et résolutoire. Je me demande quel peut être le lien avec votre projet de partenariat. Mais vous êtes pressé là, alors on s’appelle dès que vous en avez fini avec votre rendez-vous? »

Une heure plus tard, le patron appela son coach pour le remercier. Il était vraiment reconnaissant. Il avait su dépasser le blocage avec son partenaire stratégique. Ensemble, ils avaient cherché des options plus créatives et innovantes que ce qui était prévu au départ. Et ils avaient fait affaire.

Lire l’article complet

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*